Salut! Ça va?

Climat d'investissement en Tanzanie

Octobre 2023
D'une manière générale, le climat d'investissement fait référence à l'ensemble des facteurs d'un pays ou d’une région qui peuvent déterminer et limiter les activités d'investissement et influencer le rendement tout au long du processus d'investissement, y compris les facteurs matériels tels que les ressources naturelles et les conditions géographiques, et les facteurs non matériels tels que la politique, l’économie, le droit et la culture. Ces facteurs sont mutuellement contraignants et interdépendants, de sorte que le climat d'investissement est intégré, spécifique et dynamique, et peut présenter aux investisseurs à la fois des opportunités et des risques inattendus.

La Tanzanie, située en Afrique de l'Est, au sud de l'équateur, a une superficie de 945 000 kilomètres carrés, composée du Tanganyika (continent) et de Zanzibar (île), et est divisée en 31 régions. Les parcs nationaux, les réserves animales et forestières représentent un tiers de la superficie du pays, qui compte trois grands lacs d'Afrique, le mont Kilimandjaro et d'autres paysages naturels. Le pays est riche en ressources naturelles, mais le niveau global d'exploitation est faible. Moins d'un tiers de ses 44 millions d'hectares de terres arables est exploité, et 64 000 kilomètres carrés d'eaux territoriales de l'océan Indien, 223 000 kilomètres carrés d'eaux de la zone économique exclusive de l'océan Indien et 58 000 kilomètres carrés de lacs d'eau douce présentent un énorme potentiel pour la production d'énergie et la pêche. La capitale initiale, Dar es Salaam, est le point de départ du chemin de fer Tanzanie-Zambie et du Central Railway, ainsi qu’un centre de distribution pour les marchandises en provenance et à destination des pays voisins tels que la Zambie et la République démocratique du Congo. En 1972, le gouvernement tanzanien a commencé à déplacer la capitale à Dodoma, centre du commerce des produits agro-pastoraux dans la région centrale. La Tanzanie compte 126 groupes ethniques et les langues officielles sont le swahili et l'anglais, l'arabe étant largement parlé à Zanzibar. La Tanzanie est une démocratie multipartite qui respecte la liberté de religion. Le président est le chef de l'État, le chef du gouvernement et le commandant en chef des forces armées. Il peut exercer deux mandats consécutifs et chaque mandat dure cinq ans. Le président et le vice-président appartiennent au même parti politique, mais doivent être respectivement originaires du Tanganyika et de Zanzibar. Dans l'ensemble, la Tanzanie, connue comme le joyau de l'économie de l'Afrique de l'Est, est politiquement stable, dispose d'un système démocratique solide et possède d'importants avantages géographiques et le rayonnement.

Le 17 mars 2021, heure de Tanzanie, le président John Pombe Joseph Magufuli est décédé inopinément à Dar es Salaam. La vice-présidente Samia Suluhu Hassan, qui a été mandatée par la Constitution pour lui succéder et achever le second mandat de Magufuli, a prêté serment le 19 mars à Dar es Salaam en tant que sixième président du pays et première femme chef d'État dans l'histoire de l'Afrique de l'Est. Lors de son accession à la présidence, Mme Hassan a publiquement exprimé son soutien au style de gouvernance de l'ancien président. Cependant, contrairement à Magufuli, Hassan a un tempérament relativement modéré et est plus disposée à écouter toutes les parties dans la recherche d'un consensus et d'une réconciliation.

Hassan défend fermement la position de l'ancien président en matière de répression de la corruption, de la paresse et de l'utilisation abusive des fonds publics. Paolo Mauro a donné un aperçu de l'impact de la corruption sur l'attraction des investissements étrangers et sur l'économie nationale du point de vue de l'investissement. Les ressources nationales sont vulnérables à l'exploitation de l’extérieur dans un environnement enclin à la corruption. Magufuli a fait de la lutte contre la corruption une priorité et, selon l'indice de perception de la corruption publié par Transparency International, la Tanzanie est passée de la 119e place en 2014 à la 94e place en 2020, qui occupe la deuxième place en Afrique de l'Est, après le Rwanda. Sous l'administration de Hassan, la corruption dans le pays a été réduite de 89,8 % supplémentaires par rapport à 2020.

L'infrastructure nationale de la Tanzanie dépend fortement du monde extérieur en raison de sa situation financière et de sa capacité de financement. L'absence d'un système complet d'approvisionnement en énergie et d'infrastructures de transport ne rend pas seulement difficile l'amélioration du niveau de vie de la population, mais décourage également de nombreux investisseurs étrangers. Hassan continue de faire avancer la construction d'infrastructures, donne la priorité à l'éducation et à la santé, et s'engage à fournir une éducation inclusive et égalitaire, à créer un meilleur environnement d'apprentissage pour les élèves handicapés et à offrir à la population davantage de possibilités d'apprentissage tout au long de la vie.

Avec une politique de non-alignement et de bon voisinage, la Tanzanie a des relations diplomatiques avec 115 pays. En 2015, Magufuli a poursuivi sa diplomatie économique qui a mis l'accent sur la primauté de l'intérêt national et a recherché des synergies sous contrôle tanzanienne avec les pays étrangers, les organisations internationales et les entreprises. Depuis son entrée en fonction, Mme Hassan continue à promouvoir la diplomatie économique tout en améliorant les relations avec les principales économies mondiales et les pays voisins pour renforcer l'influence régionale. Elle s’engage activement dans la diplomatie des chefs d'État, rencontrant un certain nombre de dirigeants des principales économies mondiales, de dirigeants d'organisations internationales, de dirigeants de sociétés multinationales, visitant les pays voisins et signant des accords de coopération.

Afin de poursuivre la lutte pour l'initiative d'exploitation des ressources et de garantir que le pays reçoive davantage de revenus, l'ancien président a mené des réformes minières et fiscales, mais des mesures dissociées de la situation du pays, des ajustements politiques fréquents et un contrôle strict de l'opinion publique ont, dans une certaine mesure, affaibli l'attrait du pays en tant que destination d'investissement. Le rétablissement de la confiance des investisseurs est la priorité de l'administration de Hassan. Dans son premier discours devant le parlement, Hassan s'est concentrée sur la manière de renforcer la confiance des investisseurs et de reconquérir ceux qui ont quitté le pays en raison de l'absence d'un environnement d'investissement stable. La réduction des investissements en Tanzanie entraîne un ralentissement économique et une augmentation du chômage, et la réduction de l'incertitude dans les politiques d'investissement contribuera à accroître la confiance des investisseurs. La Tanzanie a un besoin urgent de solutions dans les domaines de la fiscalité, de la délivrance de permis de travail et de l'approbation de projets d'investissement : éliminer les taxes et les frais défavorables aux investissements, élargir l'assiette fiscale, faciliter la délivrance de visas de travail, s'abstenir de forcer les investisseurs à embaucher des employés tanzaniens, éradiquer la corruption et les malversations, et garantir la transparence et l'ouverture dans le travail gouvernemental. La présidente a appelé à une résolution rapide des questions juridiques et politiques liées à l'exploitation des ressources, afin que le pays en tire profit tout en garantissant la mise en œuvre de projets de développement durable et en créant un climat d'investissement plus attrayant. Des hommes d'affaires tels qu'Aliko Dangote et Mohammed Dewji ont reconnu la détermination du président à stimuler l'activité économique.

Le gouvernement se concentre sur le développement de l'économie bleue et de l'économie numérique. Contrairement à l'économie maritime traditionnelle, l'économie bleue met l'accent sur l'interaction coordonnée de l'économie, de la société et de l'écologie, ainsi que sur la planification intégrée du développement de la terre et de la mer. Dans son Agenda 2063, l'UA a défini l'objectif global de l'économie bleue, qui est de faire du développement de l'économie bleue la pièce maîtresse de la transformation économique et sociale des pays africains. Hassan a convoqué la première conférence sur l'économie bleue afin d'explorer le développement des ressources des grands fonds marins, ainsi que le développement du transport maritime et de la pêche dans les océans, les rivières et les lacs. L'économie numérique est en train de devenir une force clé et une nouvelle force motrice dans le remodelage de la structure économique mondiale et la modification du paysage concurrentiel mondial. Amos Nungu, directeur du COSTECH, a déclaré que le gouvernement avait compris que la clé de l'amélioration de l'efficacité et de la productivité est la technologie et l'innovation.

En outre, Hassan s'engage à œuvrer en faveur de l'égalité des sexes et à accélérer l'autonomisation économique des femmes en leur permettant et en les encourageant à participer équitablement à l'économie afin de stimuler le développement économique durable et sain de la Tanzanie. Hassan a également déclaré que le gouvernement s'engage à renforcer la liberté d'expression et à soutenir le développement des médias en remplaçant l'interdiction administrative des médias imposée par M. Magufuli par des normes juridiques.

La multipolarité du monde, la mondialisation de l'économie, l'informatisation de la société et la diversification des cultures ont multiplié les possibilités de coopération pour les pays africains. Face à l'évolution du système de gouvernance mondiale et de l'ordre international, et à l'équilibre des forces au niveau international, les pays africains accordent de plus en plus d'importance à la souveraineté nationale et aux choix autonomes, et explorent des voies de développement conformes à leurs conditions nationales. Après une longue lutte pour l'indépendance, les peuples de Tanganyika et de Zanzibar ont créé la République unie de Tanzanie et se sont engagés sur la voie de l'autosuffisance et du développement endogène fondée sur l'Ujama. Après l'échec de l'Ujama, le pays a mis en œuvre une restructuration économique caractérisée par la libéralisation, la commercialisation et la privatisation, ainsi que la réforme de démocratisation, ce qui a permis d'obtenir des aides et des prêts internationaux, inversant la récession économique à court terme et jetant les bases du développement ultérieur du pays.

Toutefois, les problèmes de dépendance extérieure, de corruption et de manque d'équité sociale qui en ont découlé sont devenus des obstacles au développement économique durable de la Tanzanie. Selon l'économiste argentin Raúl Prebisch, l'ancien système économique international, en particulier l'ancien système de division internationale du travail et du commerce, a sérieusement entravé le développement des économies nationales. Aujourd'hui, les défis auxquels la Tanzanie est confrontée pour transformer ses ressources naturelles en richesse nationale ne proviennent pas seulement de forces extérieures, mais aussi de caractéristiques politiques, économiques et sociales internes qui affectent la capacité du pays à résister aux pressions extérieures.

Magufuli a espéré pouvoir mettre la Tanzanie sur la voie d'un État développementiste grâce à une planification et une gestion macroéconomiques dirigées par le gouvernement, et commencer à accumuler du capital interne afin de ne pas aggraver sa dépendance excessive à l'égard de l'aide extérieure et de s'adapter progressivement à un nouveau modèle de développement autosuffisant. Ce processus d'adaptation a été tortueux, mais il a conduit à de nouvelles tentatives de gouvernance et de construction des pays africains. Depuis l'arrivée de Hassan à la présidence, l'économie est toujours sur la bonne voie et le climat d'investissement s'améliore, même si le pays reste confronté à de nombreux défis. Les investisseurs étrangers s'intéressent de plus en plus à la Tanzanie et ont commencé à explorer les possibilités d'investissement et de coopération dans différents domaines. L'économie tanzanienne est promise à un avenir radieux.