Salut! Ça va?

Perspectives culturelles d’Édouard Glissant

Octobre 2023
Édouard Glissant (1928-2011) est l’un des plus importants écrivains et penseurs dans le monde francophone contemporain. En 1992, ce grand penseur martiniquais a été finaliste pour le prix Nobel de littérature, mais Derek Walcott l’a emporté d’une voix. C'est le meilleur résultat pour un écrivain martiniquais sur le plan international, ce qui continue à accroître son influence dans le monde francophone. Les perspectives culturelles construites par Glissant tentent de redéfinir notre regard sur le monde.

Comme son pionnier du post-colonialisme Frantz Fanon, Glissant est né sur l'île française de la Martinique dans les Caraïbes. Il a dépassé l'idée de la négritude avancée par ses prédécesseurs, Aimé Césaire et Frantz Fanon, et a proposé avec créativité le concept de l'antilleté. Surtout, Glissant a préconisé de combiner les caractéristiques géographiques particulières des Caraïbes pour construire une conception culturelle fluide et intégrée.

En 1958, il a remporté le prix Renaudot pour son roman La Lézarde, qui a suscité un vif intérêt en France. L'histoire n'est pas compliquée : en 1945, à Lambrianne, une grande colonie de la Martinique, un groupe de jeunes gens projetaient de tuer Garin, un policier qui travaillait pour les colonisateurs et qui avait réprimé plusieurs soulèvements anticoloniaux. Le jeune Thaël était choisi pour exécuter ce plan. Au fur et à mesure que l'action se déroulait, l'amour entre les jeunes prenait également racine. Thaël a fini par noyer Garin près du banc de sable où la Lézarde rencontrait la mer. Grâce à l'aide du policier Tigamba, Thaël est acquitté de toutes les charges. Mais lorsqu'il est rentré chez lui avec son amante Valérie, son chien est soudainement apparu et a mordu Valérie à mort.

Glissant a fait l'éloge du romancier cubain Alejo Carpentier pour sa capacité à intégrer les différents éléments culturels des civilisations africaines, européennes et indiennes dans un ensemble organique. Dans la création de La Lézarde, Glissant a poursuivi l'idée de Carpentier d'intégrer culturellement les éléments naturels de la Martinique, en donnant certaines connotations symboliques aux ressources naturelles que sont les montagnes, les plaines, les rivières et la mer, qui avaient également une relation correspondante entre elles : généralement, les montagnes étaient les cachettes des esclaves martiniquais lors de leurs évasions, et par conséquent, les montagnes correspondaient au premier mouvement de résistance qu'ont connu les Caraïbes. Dans La Lézarde, les montagnes et les plaines s'opposaient les unes aux autres, les champs de canne à sucre dans les plaines témoignaient silencieusement de l'exploitation et de l'oppression des esclaves dans le passé. Au-delà des plaines, il y avait une mer illimitée, qui symbolisait l'avenir de la Martinique vers la liberté. Et c'était la Lézarde qui les reliait, offrant un chemin vers la liberté aux esclaves fugitifs dans les montagnes, et apportant l'espoir de la vie aux misérables habitants piégés dans les plaines. Mais il n'était pas facile de mener à la liberté, et le passé impitoyable enregistrait la fin d'innombrables fugitifs ratés — c'est-à-dire morts sur le chemin de l'évasion : « Tous les morts des bois, tous les morts sur la mer. »

C'était identiquement le défi que devait relever Mathieu, un autre héros dans La Lézarde, ce personnage qui a réapparu dans un roman suivant de Glissant, Le quatrième siècle. Après avoir fait le bilan de son histoire, Matthieu a choisi de consacrer son avenir à la cause de l'indépendance de la Martinique. Glissant exprime ses opinions politiques à travers les actions de Mathieu : lorsque nous comprenons la signification de l'histoire, nous pouvons également trouver les bonnes solutions aux problèmes politiques contemporains.

En 1965, Glissant est revenu en Martinique. En 1967, il a fondé l'Institut d'études de Martinique (IME), établissement d'enseignement privé visant à donner aux jeunes une éducation en adéquation avec les réalités historiques et géographiques des Antilles. En 1971, il a fondé la revue Acoma pour mener une étude critique de la société antillaise, qui a débouché sur son ouvrage Discours antillais publié en 1981, constituant la première étude endogène de la réalité antillaise à travers les perspectives pluridisciplinaires de l’anthropologie, de la sociologie, de la littérature et de l'histoire. Discours antillais a élargi sa popularité. La construction de perspectives culturelles de Glissant a maturé progressivement.

En 1990, au début de son chef-d'œuvre Poétique de la relation, Glissant a présenté à ses lecteurs sa ville natale : la Martinique. Il a fait découvrir la Martinique avec une barque ouverte. Contrairement à Césaire, Glissant évitait de considérer l'Afrique comme le berceau de la civilisation caribéenne.

En effet, durant cette période, la construction de perspectives culturelles de Glissant s'est déplacée d'une intervention politique vers une poétique de la relation qui implique « La dialectique de l’oral et de l’écrit, la pensée du multilinguisme, la balance de l'instant et de la durée, le questionnement des genres littéraires, la force baroque, l’imaginaire non-projetant ». La « relation » est un processus dynamique en constante évolution, qui est essentiellement une reconnaissance de la diversité des interactions humaines, l'acceptation de la « particularité » plutôt que de la « différence », l'acceptation de ce qui s'est produit dans le passé ne solidifie pas l'avenir, et l'acceptation d'une fluidité des valeurs.

Par conséquent, dans La poétique de la relation, Glissant a élargi les limites du concept central de « relation » en suggérant que l'idée du rhizome devienne le principe de la poétique de la relation, sur la base duquel toutes les identités sont étendues en relation avec les autres. S'inspirant de la notion de « rhizome » de Gilles Deleuze, Glissant explique sa poétique de la relation : « La pensée du rhizome serait au principe de ce que j’appelle une poétique de la Relation, selon laquelle toute identité s’étend dans un rapport à l’Autre »

Comme la barque ouverte que Glissant avait mentionnée au début de Poétique de la relation, il prônait une position ouverte envers les différents groupes ethniques des Caraïbes. Alors que la conquête culturelle européenne des Caraïbes reposait sur des notions de lignage, d'empire et d'ordre au pouvoir, Glissant soutenait qu'il y a eu un mouvement décentralisé dès le départ. Pour lui, l'une des gloires des Caraïbes résidait dans son hybridité qu'il appelait la « Créolité », une notion importante dans ses perspectives culturelles, qu'il résumait comme « un devenir du monde auquel résistent les enracinés qui se replient sur leur nation, leur généalogie, mais qui sera inéluctable ». La créolisation englobe la rencontre, le choc et la fusion entre les cultures, et Glissant a proposé que le monde entier d’aujourd'hui soit archipélagique et créolisé. La notion de créolisation telle que conçue par Glissant implique une réflexion sur le langage. Selon lui, les écrivains appartenant aux aires culturelles dites « marginales », souffrent d'une sorte d’un « tourment linguistique », la créolisation, c'est-à-dire l'interaction de différents éléments culturels mis ensemble pour produire quelque chose de complètement nouveau, par exemple la langue créole, qui a évolué à travers la langue pidgin locale, est l'équivalent d’une nouvelle substance formée par l'intégration des ressources des langues maternelles africaines et des langues européennes. De son vivant, Glissant a encouragé fortement la promotion de la Créolité, qui a rejeté le culte aveugle du français standard et prônait un usage responsable, libre et créatif de la langue française, notamment par le biais de sa créolisation.

À partir de là, nous pouvons facilement voir que, contrairement à ses travaux antérieurs, les perspectives culturelles de Glissant à cette époque allaient au-delà des Caraïbes et qu'il cherchait à dépeindre une relation de créolisation à l'échelle mondiale.

En 1995, Glissant a publié un ouvrage intitulé Tout-monde. Avec la publication d'une série d'essais, de romans et de poèmes, Glissant a développé progressivement la conception du « tout-monde », qu'il a résumé dans son livre Traité du Tout-monde (1997) : « J'appelle Tout-monde notre univers tel qu'il change et perdure en échangeant et, en même temps, la vision que nous en avons ». Il a rejeté la valeur d'« universalité » basée sur l'eurocentrisme, qui, à son avis, est un outil de valeur utilisé par les colonisateurs occidentaux pour laver le cerveau des colonisés : « De toutes les civilisations, la civilisation occidentale est unique dans sa tendance indivisible à l'expansion généralisée, de conquête, de savoir et de foi, indémêlables, qui a requis l'Universel comme garant de légitimité ». Le tout-monde n'est pas un concept nouveau, mais un concept communautaire très ouvert et hybride.

La poétique de la relation s'est transformée en philosophie de la relation au fil des tentatives de construction d'une littérature francophone du « tout-monde ». En 2009, Glissant a publié le dernier ouvrage de son vivant, Philosophie de la relation, tentant de tracer le pedigree idéologique de toutes ses tentatives pour construire une communauté littéraire francophone. Dans ce livre, Glissant suggérait que la réflexion sur la « relation » nécessite une nouvelle approche dialectique : « La dialectique n'aurait pas d'occasion d'entrer dans ce que nous disons être le réel, si elle s'en tenait à ses bifidités constitutives, par exemple le pour et le contre, le positif et le négatif, le maître et l'esclave, l'Être et le néant. Les humanités d'aujourd'hui hèlent aux dialectiques inattendues (sauvages) de la multiplicité ».

Cela a complété la chaîne logique de la trinité politique-poétique-philosophique contenue dans les perspectives culturelles de Glissant, qui est liée et différenciée les unes des autres. En outre, la « relation » implique l'action et l'avenir, c'est-à-dire la possession d'un potentiel créatif. Philosophie de la relation a dissous la recherche de signification et nous oblige à nous adapter aux contradictions et aux ambiguïtés. Comme il l'écrivait dans son livre, « Expérimentez, n'interprétez jamais ». En lisant Philosophie de la relation, les lecteurs seront guidés pour essayer différentes façons d'interagir avec le texte, Glissant a créé une nouvelle façon d'être, c'est-à-dire de lire le texte dans le contexte d'une perception d'une vie changeante.

En conséquence, la philosophie de la relation est devenue une nouvelle forme littéraire, et les formes politiques ont ainsi subi de nouvelles mutations:Glissant a tracé un chemin de perspectives culturelles de la pensée à l'action. La philosophie de la relation exige des lecteurs qu'ils lisent différemment des méthodes traditionnelles, afin qu'ils puissent penser et agir de manière nouvelle dans le monde réel.

Avec Philosophie de la relation, Glissant a annoncé l'avènement d'une nouvelle forme littéraire, il a lancé l'appel du clairon pour fonder une communauté littéraire francophone du « tout-monde », déclarant la possibilité d'une relation infinie. Le 15 mars 2007, 44 écrivains représentés par Édouard Glissant ont signé le manifeste Pour une littérature-monde en français, appelant à l'élimination de l'hégémonie culturelle française dans le milieu littéraire francophone et proposant la construction d'une communauté littéraire francophone du « tout-monde » avec la langue française comme trait d'union, ce qui a suscité un grand intérêt dans le cercle littéraire mondial. Les perspectives culturelles de Glissant ont gagné la faveur des cercles littéraires francophones et a fortement inspiré la jeune génération d'écrivains tels que Patrick Chamoiseau et Ernest Pépin.